Assistance services

  •   Paris - France
  •   Site
  •   A but non lucratif
  •  44

Assistance services

La création d'un low tech lab des quartiers. Re-fabriquons à paris ! Description de la proposition Il existe un gisement d’emplois, pour partie qualifiés, pour partie moins qualifiés, et non délocalisables : les activités de ré-emploi. Et si Paris transformait pour partie les plus d’1 million de tonnes de déchets produits chaque année par ses seuls ménages, en ressources pour recréer de la valeur et des emplois, tout en préservant l’environnement ? Artisans, collecteurs, valoristes, designers, menuisiers, électroniciens, ferronniers, réparateurs, merchandisers, formateurs, ingénieurs, … Certain (...)

La création d'un low tech lab des quartiers.

Re-fabriquons à paris !

Description de la proposition

Il existe un gisement d’emplois, pour partie qualifiés, pour partie moins qualifiés, et non délocalisables : les activités de ré-emploi. Et si Paris transformait pour partie les plus d’1 million de tonnes de déchets produits chaque année par ses seuls ménages, en ressources pour recréer de la valeur et des emplois, tout en préservant l’environnement ? Artisans, collecteurs, valoristes, designers, menuisiers, électroniciens, ferronniers, réparateurs, merchandisers, formateurs, ingénieurs, … Certains diraient « makers ». Autant de métiers à développer ou re-développer, autour de la re-fabrication et du ré-emploi. Bien sûr, il existe déjà des lieux qui relèvent ce défi : ressourceries, réparateurs, fablabs, makerspaces, et tout simplement nombre d’artisans. Mais si nous voulons les soutenir, et changer d’échelle, il faut un grand hub du « fabriquer à Paris », un grand cluster de la re-fabrication, pour collecter massivement les déchets, les transformer en ressources, expérimenter, innover, développer des compétences, collaborer avec les industriels, favoriser l’implantation de micro-usines en centre-ville et permettre la production de prototypes et de petites séries, - dans la filière « bois », par exemple, pour transformer les vieux meubles en meubles « tendance ». Il faut aussi développer les fab labs de proximité, l’impression 3D, les bricothèques, et inventer de nouvelles techniques, simples et accessibles au plus grand nombre, pour re-fabriquer. La re-fabrication est une voie d’avenir. Nos quartiers populaires, qui ont - plus souvent que d’autres - des espaces dont la taille et la configuration sont compatibles avec ces nouveaux usages, et qui ont besoin de créations d’emplois, peuvent prendre le leadership de la « Fab City » qu’est Paris !
https://budgetparticipatif.paris.fr/bp/jsp/site/Portal.jsp?document_id=3789&portlet_id=158


Tout
Posté
Partagé

Aucune publication postée à ce jour.