La Collecterie

  • 2020-11-12 15:05:08
  • /
  • Grandpariscirculaire.org
  • /
  • 142

La Collecterie est une ressourcerie solidaire montreuilloise, conventionnée Atelier Chantier d'Insertion, qui collecte, trie, répare et transforme les Déchets Ménagers Assimilés des habitants.

  • Porteur principal : La Collecterie
  • Nature de l'initiative : Démarche individuelle (entreprise ...)
  • Ile de France, Seine Saint Denis, Est Ensemble, Montreuil
  • 18 rue Saint Antoine, Montreuil 93100
  • Date de début : novembre 2020

La Collecterie est une ressourcerie montreuilloise créée en 2012 qui collecte les objets destinés à être jetés, les trie, les répare, les transforme pour leur donner une nouvelle vie et les relancer dans le cycle de la consommation solidaire et éthique.

Son ambition :

Montrer qu’une autre économie est possible, ayant pour moteur la solidarité, pour finalité la transition écologique de notre modèle de société, économiquement durable et créatrice d’emploi pour les plus précaires d’entre nous.

Ses Missions :

  1. Participer à la réduction des déchets par le réemploi, la revalorisation et la revente solidaire d’objets détournés de la déchetterie et de l’enfouissement
  2. Sensibiliser les publics aux impacts des modes de consommation sur l’environnement et sur les possibilités d’avenir du réemploi.
  3. Développer un projet éducatif au moyen d’actions continues de formation, d’accompagnement professionnel, de transmission de savoirs théoriques et pratiques dans une perspective d’insertion sociale et professionnelle des publics fragiles sur le marché du travail
  4. Valoriser la place de l’artisanat dans la transition écologique de notre modèle de société

Bénéfices qualitatifs

Les activités de l’association se répartissent en 6 domaines :

1. Collecte et traitement (tri, nettoyage) de Déchets Ménagers Assimilés (DMA) pour réemploi (Textile, Mobilier, Livre/CD, Multimédia, Electroménager, Décoration, Jouet, Maison Bricolage, Vaisselle) :

Soit en apport volontaire en structure soit en collecte gratuite à domicile chez l’usager. Depuis 2012, 885 tonnes de DMA ont été collectés, triés, nettoyés, réparés, 408t ont été revendues, 442t envoyées aux éco-organismes pour recyclage matière et 35t données aux structures partenaires du territoire pour réemploi

2. Vente solidaires d’objets issus du réemploi dans nos magasins du quartier prioritaire des Murs à Pêches et du centre-ville de Montreuil :

Depuis 2012, 451 000 objets ont été vendus dans nos magasins solidaires pour un chiffre d’affaire de 1 050 000€ soit en moyenne un prix de 2,30€ par objet, toutes catégories confondues. 

3. Accompagnement socioprofessionnel et formation des publics éloignés de l’emploi :

Depuis 2014, 66 personnes, dont 36 femmes et 30 hommes, sont ou ont été accompagnées dans leurs parcours de vie et leurs recherches d’un emploi. Sur 42 personnes sorties du dispositif, 20 d’entre elles sont sorties en situation dite dynamique à l’issu de leurs parcours (en emploi ou en formation).

4. Sensibilisation à l’économie circulaire et au réemploi :

Au moyen d’ateliers créatifs de création d’objet à partir de matériaux de récupération, de projets de sensibilisation au réemploi tous publics, et la participation aux événements d’initiatives citoyennes. Depuis 2014, nous avons animé plus de 450 ateliers de sensibilisation au réemploi pour plus de 3 700 participants. C’est également la participation à plus d’une soixantaine d’événement et l’organisation de 4 Fêtes du Pôle Solidaire et 5 Fête de la Récup’.

5. Réparation, rénovation, upcycling de Déchets d’Eléments d’Ameublement (DEA) :

Par nos ateliers ébénisterie, tapisserie et couture pour la vente dans nos magasins ou en prestation B2B.

Depuis 2013, 3 094 éléments d’ameublements et textiles ont été revalorisés par nos ateliers de production pour un chiffre d’affaire de 124 000€.

C’est également plus de 150 chantiers de rénovation de mobilier et d’ameublement pour particuliers, partenaires publiques en entreprises pour 146 000€ de chiffre d’affaire.

6. Développement de partenariats territoriaux :

Avec les structures de l’Economie sociale, solidaire et circulaire locale, dans notre quartier en zone prioritaire et dans les environs mais aussi en participant à l’animation du Réseau francilien pour le réemploi (REFER), à l’accompagnement des porteurs de projets, à la mise en place de ressourceries éphémères et de la Fête de la Récup’.

Bénéfices quantitatifs

Nos Missions :

 

  1. Participer à la réduction des déchets par le réemploi, la revalorisation et la revente solidaire d’objets détournés de la déchetterie et de l’enfouissement
  2. Sensibiliser le public aux impacts des modes de consommation sur l’environnement et aux possibilités d’avenir du réemploi.
  3. Développer un projet éducatif au moyen d’actions continues de formation, d’accompagnement professionnel, de transmission de savoirs théoriques et pratiques dans une perspective d’insertion sociale et professionnelle des publics fragiles sur le marché du travail
  4. Valoriser la place de l’artisanat dans la transition écologique de notre modèle de société

Etapes de l'initiative

En juillet 2012, La Collecterie signe un bail dans un local à loyer modéré mis à disposition par la ville de Montreuil à Mozinor ; 30m² partagés avec Apedec.

Elle déménage en avril 2013 dans les locaux actuels de son siège 18 rue Saint Antoine de 450 m², situés dans le Haut Montreuil, en quartier prioritaire.

Dès cette époque, l’association commence à travailler avec les équipes de la ville de Montreuil afin de pouvoir disposer du local mitoyen et obtient l’autorisation de principe de son bailleur pour percer le mur qui les sépare.

Dans l’attente de cette opportunité, l’association s’est associée dès octobre 2013 avec une structure voisine pour partager un local en bail précaire quelques rues plus loin, 28 rue des Néfliers d’une surface de 400m².

En 2014, La Collecterie obtient l'agrément Atelier Chantier d'Insertion pour un conventionnement à 6 ETP annuel

A partir de 2015, de plus en plus à l’étroit, l’association n’a eu de cesse de trouver des moyens d’organiser un espace insuffisant au regard de sa croissance.

Dans cette dynamique, La Collecterie signa un troisième bail fin septembre 2016 pour une boutique en centre-ville de Montreuil, 34 rue du Capitaine Dreyfus, lui permettant de toucher une clientèle ayant davantage les moyens d’acheter ses meubles rénovés et d’augmenter le débit des flux sortants.

La Collecterie obtient une augmentation de son agrément Atelier Chantier d'Insertion passant de 6 à 11 ETP annuel 

En 2017, La Collecterie obtient une augmentation de son agrément Atelier Chantier d'Insertion passant de 6 à 11 ETP annuel.

A ce stade l’ensemble de nos activités se répartissaient sur une surface totale de 1 080m².

Or, malgré les travaux de 2015, nous étions loin de disposer de l’espace nécessaire pour faire face à l’augmentation des tonnages d’objets collectés (idéalement 7m²/tonne soit l’équivalent de 1 000m² d’espace de tri).

Ce manque d’espace limitait les possibilités de développement de l’activité :

  • Volume de déchets collectés – nous refusions de plus en plus souvent le mobilier imposant
  • Nombre d’ateliers de sensibilisation proposés sur place – nous ne pouvions plus en ajouter
  • Nombre de meubles rénovés – nous ne pouvions pas investir dans certains équipements réduisant le temps de traitement des pièces

La dispersion des espaces avait également un fort impact sur le quotidien :

  • Multiplication par deux des besoins d’encadrement des salariés en insertion
  • Multiplication des ports de charge et trajets entre le stockage, les ateliers et les lieux de vente
  • Dispersion des informations
  • Impossibilité pratique de se réunir au complet

Dans ce contexte, l’association s’est tournée vers la Mairie de Montreuil, qui lui a accordé, en mai 2017, l’usage d’un local mitoyen à l’Atelier-Magasin du 18 rue Saint Antoine, et d’une surface de 440m², moyennant travaux.

Pendant la phase de conception, avant l’acquisition du nouveau local mitoyen, l’ensemble des salariés ont été impliqués, afin de prendre en compte les contraintes de la chaîne d’activité (collectes, recyclage, tri, stockage, rénovation bois, tapisserie et couture, réparation de matériels électroniques et électriques, accompagnement socio-professionnel, sensibilisation, revente en magasin solidaire).

Les aménagements conçus collectivement ont permis l’adaptation de ce nouvel espace à l’activité, l’amélioration des conditions de travail, le développement des activités et l’amélioration de la productivité des ateliers de rénovation.

De plus, ils ont contribué à augmenter notre capacité d’autofinancement (vente, rénovation, sensibilisation), et favorisent également la cohésion professionnelle des équipes et l’amélioration de la circulation de l’information.

Enfin ils permettent de tenir des entretiens d’accompagnement socioprofessionnel dans un espace dédié.

La rénovation étant la spécialité de notre ressourcerie, les équipes permanentes, en insertion et bénévoles, furent particulièrement volontaires pour participer aux aménagements de leurs futurs espaces.

L’implication directe dans les travaux a été pensée comme un vecteur de cohésion et de support de transmission de savoirs et savoir-faire.

L’acquisition de ce nouveau local n’a pas augmenté la surface disponible pour l’activité de notre association, car nous nous sommes séparés du bail précaire de la rue des Néfliers.

L’ensemble de ces sites d’activités représente une charge locative annuelle moyenne de 77 000€, représentant l’un des coûts les plus importants pour notre ressourcerie.

En 2019, La Collecterie obtient une augmentation de son conventionnement ACI passant de 11 à 14 ETP annuels. 

Elle fait l'acquisition d'un local complémentaire d'activité de 100 m² sur le site d'activité du pôle solidaire. 

Facteurs d'accélération et freins

Les Ressourceries et Recycleries ont pris très vite racine dans le secteur de l’insertion et de l’action sociale. Nous sommes d’abord les héritiers des principes associationnistes et solidaristes des collectifs et mouvements ouvriers du 19ème siècle et présentent des traits communs avec des organisations telles qu’Emmaüs, Croix Rouge, Petits Frères des pauvres etc.

Lorsqu’elle est fondée sur le principe associatif, l’action de réemploi trouve son ancrage sur un territoire local selon les principes d’une gouvernance partagée, de sa gestion désintéressée, mais aussi de sa capacité à mobiliser donateurs et bénévoles.

Nous créons des emplois locaux non délocalisables et suscitons des mouvements de mobilisation sur la question des déchets, du tri et des solutions aux problématiques environnementales.

De plus, nous représentons un support aux personnes et aux organisations locales, par la redistribution à bas coûts, voire gratuite, des biens que nous collectons. Nous rayonnons auprès d’autres initiatives, dont les spectres peuvent aller de la création artistique aux maraudes de rue en passant par les initiatives citoyennes.

Juridiquement, nous dépendons au maximum pour 50% de notre budget aux subventions publiques. Compte tenu de la raréfaction des subventions publiques, le seuil de 50% d’autofinancement est désormais atteint.

Il n’est pas possible de compenser la baisse des subventions publiques par de la subvention privée en raison d’un manque considérable de fonds disponibles.

Une économie circulaire

Collecte, tri, nettoyage, recyclage, réparation, rénovation, vente solidaire, don, sensibilisation, inclusion, sont les principes fondateurs du réemploi qui traduisent la circularité de notre économie.

Une organisation complexe

La diversité des activités induit une organisation complexe, tant dans sa logistique opérationnelle et son organisation spatiale que dans les ressources humaines et intellectuelles qu’elle mobilise.

Notre activité est par nature coûteuse en charges structurelles de fonctionnement et en charges salariales.

C’est l’effet de seuil auquel aucune ressourcerie généraliste ne peut déroger.

Une nature associative

Par notre statut et conventionnement associatif, nous opérons dans le secteur non concurrentiel et revendiquons notre non profitabilité !

Un modèle économique pluriel :

La Collecterie a ainsi cherché à développer son modèle économique à partir de quatre modes de contribution :

  • Le don et l’engagement des donateurs, l’action des bénévoles, la fidélité des usagers
  • Les dispositifs publics d’insertion et d’action sociale
  • Les subventions des collectivités territoriales et le soutien des fondations
  • La vente solidaire de bien de consommation courant, la vente d’objets revalorisés, upcyclés, des prestations de services en chantiers artisanaux et en animation d’ateliers créatifs de réemploi.

Un modèle en péril

La baisse successive des dotations aux collectivités, des fonds dédiés à l’insertion, les coupures à la région IDF, la suppression des CUI-CAE, la disparition des subventions de fonctionnement, l’absence de financement sur notre activité de collecte et traitement des déchets contribuent, années après années, à nous fragiliser financièrement. Le point de rupture d’un tel mouvement risque d’intervenir à court terme entraînant le risque d’un mouvement récessif du secteur du réemploi solidaire.

Domaines d’activités

  • Artisanat
  • Services
  • Recyclage
  • Commerce
  • Culture

Ressources

  • Matériaux
  • Métaux
  • Déchet
  • Bois
  • Emploi
  • Papier
  • Verre
  • Plastique
  • Textile
  • Electronique

Moyens techniques

Locaux : 1100 m² de local d'activité dont 

  • Espace tri et traitement : 400 m² 
  • Magasin de la rue Saint Antoine : 246 m² 
  • Magasin de la rue du Capitaine Dreyfus : 45 m² 
  • Pôle Production (tapisserie, menuiserie, couture) : 290 m² 
  • Pôle Sensibilisation : 80 m² 
  • Pôle Administratif : 25 m² 
  • Pôle Rh, accompagnement, formation : 16 m² 
  • Commun : 73m² 

Machine : 

  • Combiné à bois 
  • Outillage et matériel ébénisterie 
  • Balance professionnelle 
  • Transpalette peseur 
  • matériel de conditionnement et stockage 

Transport : 

  • Camion 8m3 

Logiciel : 

  • GDR 

Moyens humains

Le modèle de gouvernance de La Collecterie est fondé sur le principe de co-construction collective par ses acteurs, le partage de connaissances, des savoirs et savoir-faire de tous, salariés, bénévoles, stagiaires, étudiants, partenaires, artistes.

Nous avons décidé d’adopter une organisation horizontale du travail, par pôles d’activités et de compétences, avec pour point d’arbitrage, Séverine la directrice et le Conseil d’Administration.

Reconversion démantèlement

Les pôles s’organisent de la manière suivante :

  • Le pôle Ressourcerie
  • Le pôle RH-Formation-Accompagnement
  • Le pôle Production
  • Le pôle Sensibilisation
  • Le pôle Administratif

Ce travail de réflexion est dynamique, il ne cesse de se construire au fur et à mesure des entrées et des sorties de personnes, mais aussi du développement de la structure.

Nous avons décidé que la transparence devait être le principe de base, du conseil d’administration, où les salariés disposent d’une représentation, à la gestion des pôles.

 

Le modèle de gouvernance de La Collecterie s’inspire des modèles de coopérative de travailleurs (SCIC, SCOP).

Les salariés référents accompagnés de la direction forment l’organe de réflexion et de construction du plan de développement de la structure.

Le conseil d’administration, composé de bénévoles et d’adhérents élus lors de l’assemblée générale, d’un collège des membres fondateurs et d’un collège de représentants des salariés a pour rôle d’évaluer et d’étudier la stratégie de développement issue des réflexions collectives des salariés référents de l’association.

L’ensemble des activités de La Collecterie sont organisées par pôle de compétences et d’activités. Les pôles correspondent à des unités de travail dédiés à une activité particulière de la structure. Chaque pôle dispose d’un objectif qui participe au plan de développement global de l’association.

Cet objectif mobilise des compétences professionnelles précises et se traduit par un ensemble de missions inhérentes à l’activité du pôle dont il a la responsabilité.

Il peut être composé de salariés permanents, en insertion, de services civiques, de stagiaires, de membres du CA ou encore de bénévoles actifs.

 

Perspectives

Le secteur des ressourceries/recycleries disposent d'un potentiel de croissance phénoménal au regard des 37 millions de tonnes de déchets ménagers assimilés produit en France chaque année (ADEME 2016).

Nos objectifs à horizon 3 à 5 ans sont donc multifactoriels :

1)         Stabiliser le modèle économique de l'association afin de financer l'ensemble des dépenses de fonctionnement structurel (charges locatives, salariales, achats) par nos capacités d'autofinancements en fond propre (ventes solidaires, vente de mobilier revalorisés, atelier de sensibilisation).

2)         Accroître nos capacités de traitement des déchets par l'aménagement de nos locaux existants de manière ergonomique et optimale

3)         Améliorer notre fonction d'Atelier Chantier d'Insertion via la mise en place du parcours agent valoriste de ressourcerie et le renforcement RH

En effet, la sensibilisation active des habitants contribuent années après années à augmenter la fréquentation de nos ateliers et magasins.

D’une manière plus globale, les enjeux attrayant au changement climatique sont en train de faire considérablement évoluer les comportements de consommation et de production de l’ensemble des acteurs économiques vers des pratiques plus respectueuses de l’environnement.

De fait, le positionnement de notre association répond à ces nouveaux besoins et nous constatons une augmentation exponentielle de la demande de nos services.

La stabilisation du modèle économique devrait se poursuivre en 2020 au regard des résultats économiques de l’année 2019. Nous travaillons sur la professionnalisation de nos pratiques de manière à faciliter le déploiement de nos offres de services auprès des partenaires tant publics que privés. Cette dynamique commence à porter ses fruits et nous devrions réussir cette année à développer de nouveaux partenariats notamment sur nos activités de :

  • Revalorisation de mobilier et chantier d’ameublement : auprès des entreprises et des partenaires publics
  • Sensibilisation des publics au réemploi : auprès des scolaires (collège/lycée) du 93 sous la forme de projets pédagogiques clés en main

De plus, nous anticipons une augmentation du tonnage d’objets collectés en 2020 pour atteindre 250 tonnes de DMA traités. A ce titre, nous poursuivons l’agencement de nos espaces de traitement et l’acquisition d’équipements de manière à améliorer les conditions de travail des salariés (baisses des tâches manutentionnaires) et accroître nos capacités de traitement.

L’acquisition d’un local complémentaire de 160m² sur le site d’activité du Pôle Solidaire et son agencement devrait nous permettre de mieux répartir nos espaces de production et d’absorber de manière efficiente le supplément d’activité.

Enfin, nous souhaitons renforcer notre pôle d’accompagnement socioprofessionnel par le recrutement d’un CIP complémentaire en temps partiel afin de répondre à trois axes de développement stratégique :

❖         Axe 1 : développer les partenariats amonts/avals

  • Renforcer et formaliser des partenariats avec les prescripteurs de l’emploi afin de faciliter les recrutements.
  • Développer des partenariats avec les entreprises sur les secteurs en tension de manière à faciliter les sorties dynamiques de nos salariés.

❖         Axe 2 : mettre en place une ingénierie et des modules de formation en interne

  • Formaliser une ingénierie et des modules de formation pour adulte en interne, adaptés à notre public sur le métier d’agent valoriste de manière à accroitre la montée en compétences professionnelles de nos salariés.

❖         Axe 3 : mettre en place une méthodologie d’évaluation de l’impact de nos pratiques

  • Mettre en place une méthode d’évaluation de l’utilité sociale de nos pratiques dans une logique d’amélioration continue et de valorisation externe de notre activité d’Atelier Chantier d’Insertion.

Financeurs

  • Direccte 93

  • EPT Est Ensemble

  • Conseil Départemental 93

  • Conseil Régional IDF

  • SYCTOM

  • Montreuil

  • ANCT

Coûts de l'initiative

844000

Financement

Un modèle économique pluriel La Collecterie a ainsi cherché à développer son modèle économique à partir de quatre modes de contribution : • Le don et l’engagement des donateurs, l’action des bénévoles, la fidélité des usagers • Les dispositifs publics d

Témoignages

Valérie Baffet (bénévole) :

« En 2017, j’étais en pleine interrogation personnelle et professionnelle : chômage de longue durée, appréhension à sortir du cadre où j’avais été formatée.

Une des amies montreuilloises Nathalie, me parlait souvent de la Collecterie. Elle m’a poussé à y aller pour donner un coup de main, me changer les idées et partager.

Au printemps 2017, j’ai commencé à venir plusieurs fois par semaine, soit à l’atelier magasin pour aider au tri, soit à la boutique du Capitaine Dreyfus pour accueillir les clients et tenir la caisse. Rapidement, je me suis sentie heureuse : j’existais, je participais, je donnais, je recevais.

Etre bénévole à la Collecterie fut un artifice d’étoiles et une révélation. J’y ai croisé tout plein de personnes avec une histoire et un tempérament unique : de vrais gens.

Ah oui, j’ai énormément aimé participer au défilé en tenue léopard lors de la fête du Pôle Solidaire en septembre 2018 ! Par contre, il n’y a eu aucune suite concernant ma carrière de mannequin !

Fin 2018, je signais un contrat aidé avec la Ressourcerie des Batignolles. Et c’est grâce à la Collecterie qui m’a insufflé un nouveau souffle pour aller de l’avant et poursuivre ma nouvelle vie.

Je continue à aimer la Collecterie et tous ceux qui y travaillent, qui y bénévolent, qui y achètent… sans oublier tous ceux qui croient au projet de collecte, de tri et de transformation des objets. J'aime tous ceux qui pensent qu’un autre monde est possible.

Dominique Arnould (Menuisier en parcours):

A La Collecterie, j’ai trouvé de l’écoute après un parcours pôle emploi où on se sent géré comme du “bétail”.

J’ai tout de suite été accompagné autour de mes problèmes de santé. La Collecterie prend soin de tous. L’ambiance de travail est très agréable, avec la liberté de penser, avec la liberté de créer. La Collecterie donne le choix de participer aux évènements, moi qui suis assez timides ceux-ci m’ont permis de m’ouvrir et d’aller vers les autres. On avait une liberté dans l’atelier et surtout on sentait la confiance de l’équipe. La Collecterie m’a aidé à trouver ma formation et m’a aidé aussi personnellement. Après 2 ans de parcours, je suis rentré en formation ébénisterie par le GRETA au lycée Henaff, afin de passer un CAP. Je suis aujourd’hui premier de ma classe, c’est hyper intéressant, technique, on va loin. Une simple planche lambda peut devenir un meuble hyper travaillé. Je finis la formation en juin, ça m’a apporté de la technique, des connaissances, ça me fait avancer et me fait gagner en compétence. J’aimerais bien revenir travailleér à la Collecterie après ma formation….

Marie-Anne et Sylvie (bénévoles)

Nous avons plein de points en commun... tout juste retraitées, arrivées en 2014 et 2015,  nous adorons récupérer, estimer, réparer, chiner et créer. A la Collecterie, proche de notre domicile, nous avons trouvé dans ce «chaudron » qui bouillonne d’initiatives, d’idées, une activité de bénévolat au sein d’une structure où se côtoient toutes cultures et générations, et  qui ne laisse jamais l’humain de côté.

« On est libre d’être ce qu’on est », « On se  découvre même de nouveaux talents ».

L'une est plutôt au tri et à l'évaluation des objets, l'autre à la réparation et à la création..  toutes deux conscientes de l’investissement de l’équipe des permanents, des aléas d’une structure en évolution permanente, nous avons récemment accepté bien volontiers  une nouvelle mission : prendre en charge l’accueil des candidats-bénévoles et toute la gestion qui va avec,  sondages, plannings, messagerie et collecte des données d'activité de l'équipe des bénévoles..

Bref, nous sommes accro à la Collecterie, et nous nous sommes bien trouvées ... il arrive  même que  nous nous voyions en dehors !! 

Page 20 : Un collectif de citoyens engagés, une représentation de la société dans sa diversité

Israr Arif (stagiaire en 1ère année CAP Recyclage)

“Je devais faire un stage de 5 semaines pour mon CAP et j’ai fait des recherches sur Internet, c’est comme ça que j’ai trouvé la Collecterie. Au début j’étais super timide et j’avais du mal à travailler car d’habitude dans les autres stages, on me mettait  juste dans un coin. Mais à la Collecterie je me suis senti bien avec les autres et l’ambiance  ça m’a vraiment donné envie de travailler. Ca bougeait dans tous les sens et les salariés c’est fou comme ils sont gentils, ils ont l’air tout le temps heureux même quand ils sont débordés de travail, moi à leur place je serais énervé, je perdrais patience!

Je suis revenu pour un 2éme stage où je me suis intégré rapidement, puis un troisième avec des potes de ma classe que j’ai accompagné à la Collecterie, alors je me dis pourquoi pas un quatrième stage!! je remercie tous les salariés et les bénévoles de la Collecterie et je tiens à remercier plus particulièrement Séverine et Véro”

Mafoudia Bangoura (Agent valoriste en parcours):

Mon passage à la Collecterie a été une belle expérience humaine, La Collecterie pour moi c’était plus qu’un travail, c’est un projet, une deuxième famille. Ça m’a apporté de la stabilité, je suis passée du foyer à un appartement grâce à mon salaire. C’est un endroit chaleureux, un second chez moi, des relations humaines fortes. A l’arrivée j’avais un projet très confus et au fur et à mesure de l’accompagnement et des 2 ans, je me suis orientée vers une formation qualifiante de CIP (chargée d’insertion), formation réussie donc sortie très positive même si je suis toujours à la recherche d’un emploi.

La Collecterie a continué de m’aider pendant la formation et aujourd’hui alors que je ne fais plus partie des salariés et cela en dehors de leurs heures de travail.

Lien(s) web

 https://lacollecterie.org/
 https://www.facebook.com/lacollecterie/
 https://www.instagram.com/lacollecterie/
 https://fr.linkedin.com/company/lacollecterie

Documents

  • Rapport d'activité 2017
  • Rapport d'activité 2017


  • Rapport d'activité 2018
  • Rapport d'activité 2018 


  • Rapport d'Activité 2019
  • Rapport d'activité 2019 

 Accompagnement
 Achats
 Action collective
 Animation
 Don
 Eco-conception
 Economie sociale et solidaire
 Plateforme logistique
 Ressourceries / repair shop
 Sensibilisation
 Territoires zéro déchet - zéro gaspillage
 Tiers lieux
 ressourcerie
 réemploi
 économie circulaire
 atelier chantier d'insertion
 artisanat
 upcycling
 ateliers créatifs
 réparation
 transformation

Modérateur

  • Axelle Brongniart

    Chargée de mission

    Suivre
  • Auteur de la page

  • Nicolas Almodovar

    Chargé de développement

    Suivre

  • Autres initiatives

    Plus d'initiatives

    Sur les mêmes thèmes

     Accompagnement
     Achats
     Action collective
     Animation
     Don
     Eco-conception
     Economie sociale et solidaire
     Plateforme logistique
     Ressourceries / repair shop
     Sensibilisation
     Territoires zéro déchet - zéro gaspillage
     Tiers lieux
     ressourcerie
     réemploi
     économie circulaire
     atelier chantier d'insertion
     artisanat
     upcycling
     ateliers créatifs
     réparation
     transformation